18 mai 2019

Axel Fried

Ses premières photos donnaient à voir des cannettes écrasées, des planches de skate brisées et les gueules d’adolescents hilares avec qui il a passé son adolescence.

Quelques années plus tard, à l’aube de ses 20 ans, il interrompt des études de droits pour se confronter à l’immensité du monde et pratiquer sa technique photographique : Après des mois passés entre les déserts indiens, les ruelles suffocantes de Bangkok et les sommets himalayens, il entreprend un voyage de plusieurs milliers de kilomètres à vélo sur les routes de l’Europe de l’Est. Un appareil photo et un carnet de notes en permanence à portée de main, il compose une année durant un véritable carnet de voyage visuel retraçant ses aventures et qui fera l’objet d’une exposition à la rentrée 2018.

De retour en France, il poursuit la photographie en parallèle de ces études, collaborant aussi bien avec les collectifs festifs lyonnais qu’avec des marques de renommé international tel que les whiskies Jameson.

Axel photographie la nuit et ces scènes dantesques : L’image est brute mais l’image est vraie, sulfureuse, éclatante. Discret, dans l’ombre des stroboscope, il poursuit son voyage avec un seul impératif : Capturer pendant quelques heures sulfureuses l’incroyable volonté de vivre des corps et figer les instants hors du temps que la fête a à offrir.

Convaincu ?

+ d'infos